Les lecteurs qui me suivent depuis longtemps connaissent une partie de mon parcours. Diplômée en Master LEA (Langues Etrangères Appliquées) de l'Université de Nanterre, j'ai commencé par des stages dans la banque (rien à voir avec ma formation, j'ai saisi une opportunité et me suis adaptée à mon emploi du temps "gruyère"), puis dans des Agences de Communication et Relations Presse. Ces expériences m'ont permis de constater que j'avais un sens relationnel développé, que j'aimais le contact avec les personnes, que je n'étais pas gênée par les missions à effectuer en urgence et que je pouvais effectuer diverses missions et travailler sur plusieurs dossiers à la fois. Cette polyvalence est très importante à mes yeux car elle me permet de faire des choses différentes, de casser la routine et de ne jamais m'ennuyer.


Jusqu'à présent, j'ai travaillé dans des TPE & PME. Ces missions en tant qu'assistante communication et attachée de presse m'ont permis de développer ma polyvalence (forcément, une personne fait le boulot de 3 personnes. Vive le surmenage ! ) et de gagner en autonomie sur les dossiers. Seulement voilà, le monde du travail est un monde très cruel car, bien que l'on vous fasse croire que vous êtes intégrée à la structure, que votre travail est essentiel, que l'on forme une grande famille, quand vous avez besoin d 'un service, de temps libre ou d'une augmentation, il n'y a plus personne. Et ne pensez même pas à évoluer dans ce genre de structure  Si vous utilisez le terme "évoluer", on vous donne encore plus de charge de travail sans vous donner un rond et peu importe les week-ends que vous allez sacrifier ou les crises de surmenage.

J'en ai eu assez de tout cela. Alors j'ai cherché à intégrer des structures de taille plus importante. Mais ces sructures-là sont difficilement accessibles aux diplômés universitaires. D'autant plus quand vous avez un diplôme généraliste comme le mien. Les profils issus d'Ecole de Commerce sont privilégiés pour ce type de structure.

J'ai passé des entretiens pour des postes de chargée de communication (et non plus assistante) dans des structures de taille moyenne mais les processus de recrutement sont longs et mes factures à payer n'attendent pas ! De plus, c'est le moment qu'à choisi le Trésor Public pour me demander 800 euros de taxes foncières et 500 euros de contribution à l'audiovisuel public ! Merci bien !

Alors que je commençais à être noyée par les factures et à déprimer, j'ai lu une annonce dans la presse. Une entreprise japonaise qui recherchait des vendeuses ! Et là, EUREKA ! Moi qui adore la culture asiatique, j'ai saisi cette opportunité. J'ai réfléchi de la manière suivante : commencer en bas de l'échelle en tant que vendeuse, avoir une porte d'entrée dans un groupe mondial et évoluer au sein de ce groupe pour arriver au service communication. Car, quand on veut communiquer sur une marque et ses produits, il vaut mieux les connaitre. Mais également connaître les attentes des clients, ce qui les poussent à acheter les produits de cette entreprises, le profil des acheteurs, leur mode de consommation, etc... Et le mieux pour savoir cela, c'est d'être sur le terrain !

Ce poste de vendeuse aurait pu être une fatalité. J'aurais pu me dire, "je vais prendre un boulot alimentaire pour remettre mon compte en banque dans le vert et chercher autre chose en même temps". Mais ce n'est pas comme ça que je vois les choses. J'ai vu ce poste comme une opportunité unique, comme une chance de forger de mes propres mains mon avenir professionnel.

J'ai vu aussi l'opportunité de travailler dans un contexte interculturel car une grande majorité des managers sont japonais. D'ailleurs tous les matins, on fait une meeting où on dit "yorochikou onegaichimasu" qui veut dire "je compte sur vous/je suis ravie de collaborer avec vous" et on répéte les principes de l'entreprise à voix haute. C'est totalement japonais, totalement contre-culture pour moi et mes autres collègues mais cela crée de la cohésion.

En matière d'évolution, cette entreprise propose une évaluation tous les 3 mois avec son manager ce qui permet de faire le point, d'échanger et d'évoluer dans l'entreprise.

Cette entreprise a également pris le temps de nous former pendant 2 jours sur SA PHILOSOPHIE & SES VALEURS (+ 1 jour de formation pratique) ce qui est rarissime. Elle nous a également préparé progressivement avant de nous mettre peu à peu sur le terrain. Alors que beaucoup de ces concurrents nous aurait jeté dans la "gueule du loup".

L'interlocuteur qui nous a fait la formation est un exemple de réussite, ce qui a motivé toute l'équipe. Il a commencé par vendeur avant d'évoluer progressivement et maintenant il est Area Manager et participe à l'ouverture des nouveaux magasins dans le monde et à la formation des employés. Il a fait plusieurs séjours au Japon et a travaillé dans les succursales japonaises.

Cette entreprise met l'accent sur le travail en équipe, sur la volonté, la détermination et l'implication de chacun. Chaque salarié est récompensé s'il s'implique grâce au système d'évaluation tous les 3 mois. Chacun peut évoluer mais on n'évolue pas seul, on participe à l'évolution de l'équipe. On raisonne "équipe", on raisonne "famille" et on raisonne "client". Ce sont les clés de voûte du costumer service au Japon et de la réussite de cette entreprise à travers le monde. On fournit un customer service impeccable sans pour autant "opprimer" le client. Le client effectue son shopping de façon libre et plaisante et il a à disposition un personnel dévoué en cas de question. Contrairement à nos concurrents, nos salariés ne font pas que de la manutention, ils sont là avant tout pour créer un lien avec le client, donner un conseil, FOURNIR UN SERVICE. Et c'est rare. Prenons l'exemple des enseignes d'habillement comme Zara ou H&M. Combien de fois vous êtes-vous retrouvé face à une vendeuse peu chaleureuse qui, limite, vous fuit ?

A titre personnel, je me sens à l'aise dans cette entreprise. Je n'ai pas de "choc culturel" car je connais la culture asiatique, je regarde beaucoup de séries asiatiques (qui reflétent plus au moins la réalité), etc...

Une chose à laquelle je vais devoir m'habituer, c'est l'obsession du rangement, le souci de l'organisation (presque militaire). Chaque chose ou chaque personne a une place attribuée et tout doit être à sa place. Tout doit être linéaire et consciencieusement rangée. C'est la particularité culturelle avec laquelle je suis le moins à l'aise. Il faut accorder une grande importance au détail, avoir les yeux partout pour dépasser les attentes des clients. Là aussi, c'est un concept très japonais et je n'ai pas forcément cette capacité mais je vais l'acquérir. je pense que l'essentiel c'est d'avoir un sens du contact inné. Le reste, je l'apprendrais au fur et à mesure. C'est aussi une partricularité de cette entreprise, on apprend sans cesse, on s'ajuste par rapport à nos actions précédentes, etc...

Je tiens réellement à évoluer dans cette entreprise. c'est l'opportunité rêvée pour allier passion et travail et réaliser mes rêves. Je ne suis pas sure de pouvoir réussir et évoluer car, je ne suis pas forcément très douée au niveau manuel et j'ai toujours travaillé à des horaires fixes. Je suis habituée à un certain rythme de travail que je ne retrouve pas du tout à ce poste. Cela demande un ajustement conséquent dans les premiers mois pour trouver un rythme qui me permettra un équilibre vie pro & vie privée. Mais j'espère sincèrement y arriver...