Christophe ASSELIN de la société DIGIMIND a proposé une conférence sur la e-reputation des marques au salon i-expo.

Conférence qui a débuté par la présentation de l'entreprise et de ses services (consulter leur site internet), qui a ensuite proposé une définition de l'e-reputation avant de nous expliquer l'importance de cette notion, les acteurs qui entrent en jeu et les méthodes pour assurer un monitoring.

  •  DEFINITION

 

=> Qui ?

Prospects ? Clients ? Concurrents ? Journalistes ?

=> Où ?

Forums ? Réseaux sociaux ? Blogs ? Presse ?

 

 

Pour illustrer l'importance de la e-reputation, l'intervenant a montré des exemples de bad buzz avec notamment l'affiche Bad Buzz de Géant Casino qui vante les promotions sur des produits d'entretien pour la fête des mères !

o-PUB_CASINO_ORIGINALE-570

Et la société qui réagit quelques jours plus tard :

Sans titre

 

  • Une notion qui se démocratise

Surveiller sa e-reputation est d'autant plus important que la notion d'e-reputation se démocratise.

 

Christophe ASSELIN prend, pour exemple, un article paru dans Marie-Claire (lire l'article)

Image-7

 

  •  Les effets économiques des Bad Buzz

Et oui, une mauvaise réputation a des conséquences qui non seulement égratignent l'image de votre marque mais qui peuvent entrainer également un impact économique.

 

Par communautés web, on entend les forums, les réseaux sociaux, les blogs, etc... Ce qui se dit online sur votre entreprise influence grandement le consommateur qui recherche des informations sur votre produit ou votre service en vue d'un achat.

Je vous donne un exemple récent : j'ai voulu me rendre au restaurant pastapasta. Je me rappelle y avoir mangé il y a quelques années et j'avais aimé la nourriture. Ce restaurant étant une franchise, j'avais la possibilité de choisir le franchisé du quartier qui m'intéressait. Sauf qu'en faisant des recherches sur le franchisé que je m'apprétais à voir, des résultats négatifs sur le service (serveurs peu aimables, lenteur, etc...), m'ont fait changer d'avis.


 

  • Les influenceurs

Plusieurs types d'influenceurs : l'amplificateur avec l'exemples de et de ses 26 000 abonnés

Sans titre

Le spécialiste du domaine, le professionnel, etc...

 

  • Approche qualitative et quantitative

L'approche qualitative va se focaliser sur des supports considérés comme important par l'entreprise car repris par les blogueurs ou par les twittos. Ex : la presse nationale, les forums de référence (ex : doctissimo pour tout ce qui touche à la santé), etc...

Ces sites considérés comme sources de référence bénéficient d'une grande notoriété et possèdent un grand pouvoir viral, leurs informations se propagent rapidement et sont reprises par de multiples internautes.

L'approche quantitative va s'intéresser à un grand nombre de sources car le danger peut venir d'un site obscur ou d'un quotidien local.

 

  • Importance des mots-clés

Attention aux mots-clés que vous surveillez lors de votre monitoring. Les mots-clés qui désignent votre entité, votre activité ou votre service ne correspondent pas forcément aux termes utilisés par l'internaute ! Ce dernier a son propre language qui ne correspondra pas à votre vocabulaire professionnel.

Ex : Lors d'une recherche sur un service de mutuelle, le professionnel se décrit et se présente comme assurance santé tandis que l'internaute va taper mutuelle. Ce sont donc les résultats des forums ou des comparateurs de services qui vont apparaitre en premier car l'entreprise utilise le terme "assurance santé".

 

  • Pour aller plus loin

Reférez-vous au document 20 bonnes pratiques en e-reputation de Digimind. Extrait slideshare ci-dessous, l'intégralité du document est disponible sur leur site